Qualité de l’eau et le dossier sur la baie Fitch

Dossier sur la baie Fitch

Sondage

Sondage sur l'utilisation de la Baie Fitch seulement - Survey regarding the use of Fitch Bay

Ce questionnaire est une démarche municipale pour comprendre la perception des résidents du Canton de Stanstead de la baie Fitch concernant son utilisation collective. Votre collaboration est importante pour aider la municipalité à bien saisir les divers enjeux associés à l’utilisation de la baie. La confidentialité des répondants sera maintenue. / This survey is a municipal initiative to collect feedback from the residents living in Stanstead Township regarding their interaction and perceptions of the bay (Fitch). Your cooperation is important to help the municipality to understand the various issues associated with the various collective usage of the bay. The confidentiality of the respondents will be ensured.

Les bandes riveraines 

Les bandes riveraines sont d’une largeur minimale de 10 à 15 mètres entre le milieu aquatique et le milieu terrestre, celle-ci est nécessaire afin de protéger les habitats naturels de la faune.

Cette bande tampon est nécessaire aux systèmes écologiques et biologiques. Les activités forestières, agricoles et les constructions peuvent nuire aux bandes riveraines.

Vous devez conserver la végétation qui s’y trouve, même que la coupe d’herbe est interdite.

Donc avant d’entreprendre des travaux, renseignez-vous auprès du département de l’environnement.

La qualité de l’eau

• La moule zébrée n’affecte pas la qualité des eaux de baignades. Elle ne rejette pas de toxines.
• Elle est envahissante, et colonise rapidement les plans d’eau, au détriment des mollusques indigènes. Elle s’accroche aux surfaces          dures et peut causer des dommages aux infrastructures, dont notamment les prises d’eau municipales.
• Sa rapidité de propagation dépend des conditions physico-chimiques de l’eau. Le Memphrémagog offre des conditions minimales de        croissance, ce qui pourrait ralentir son envahissement.
• Le succès de la moule zébrée est dû, entre autres, à sa productivité et à son mode de propagation. En effet, chaque femelle adulte           peut  pondre de 30 000 à 1 million d’œufs par année.
• Les œufs et les larves sont invisibles à l’œil nu. Une simple inspection visuelle des embarcations n’est donc pas efficace pour les              repérer.
• Les larves (véligères) et les moules ne survivront pas si l’embarcation est drainée et séchée pendant 4 à 5 jours.
• L’idéal est évidemment de laver les bateaux à l’entrée pour éliminer toutes les espèces exotiques envahissantes potentielles, et à la           sortie du Memphrémagog pour éviter de transporter les moules zébrées vers les autres lacs.
• Les plaisanciers peuvent laver leurs embarcations à la maison, drainer et laisser sécher. C’est ce que recommande le MDDELCC. Il         faut responsabiliser les plaisanciers, les stations de lavage municipales sont un outil parmi d’autres. Il faut poursuivre la sensibilisation     des plaisanciers et des pêcheurs.

La MRC participera aux efforts de suivi qui seront déployés au cours des prochaines semaines.